Stages et ateliers d'écriture

Novembre 2011
VIE DES ASSOCIATIONS
Provence
À Venelles
Il y avait les cailloux jetés par mes pieds au cours de la randonnée, puis ce fut le tour des cailloux jetés par mes mains. Sur le parvis de la Baume, le long du chemin, j’ai pu soulever l’amalgame boueux collé à mes basques. C’est vrai qu’il est plus aisé de soulever les charges lourdes à plusieurs bras. Grâce à vos présences j’ai pu pétrir la glaise et en boules la jeter dans le ravin, le sac s’est allégé, je reprendrai le chemin demain et grimperai un peu plus haut sur la colline. Au fait, on a peut-être rendez-vous là-haut sur la colline !
Muguette
L'atelier m'a permis d'échanger avec vous tous et de dialoguer, ce que je ne fais pas souvent parce que quelque part je suis un ermite. Mais quand je suis ici, je me sens chez moi et je me laisse aller au dialogue. Merci.
Anne-Marie
J’ai apprécié les écrits légers et poétiques. Merci.
Monique
Un accélérateur de particules ; on monte dans une fusée qui défie l'espace-temps, et on se retrouve plongé dans l'éternel présent ; et la magie c'est que tous les hommes, dans cet univers atemporel, se comprennent au-delà des langues, des nationalités et de leurs différences.
Corinne
L'apaisement, la bonne humeur. Éclaircissement, légèreté. Je me sens bien, c'est un moment de grâce que je vis, à chaque fois que je suis ici avec vous. Merci.
Anne-Marie
D’après les témoignages des participants, une fréquentation assidue des ateliers a des répercussions positives sur le quotidien. Pour permettre une participation régulière, nous proposons des cartes d'abonnement qui réduisent le coût des ateliers.
Centre
A Chanteau, habitués et nouveaux venus se sont retrouvés samedi 8 et dimanche 9 octobre. Rencontre créative au cœur du silence, voyage dans les profondeurs de l’être.
Je me rends compte qu'il faut que j'installe dans mon quotidien ce que je découvre ici. Je vais libérer du temps qui était donné à la lecture, à la télé, pour me poser, me mettre en silence, et rejoindre ma maison intérieure.
Ginette
J’ai beaucoup apprécié la sincérité de chacun et la dignité avec laquelle vous témoignez. J’ai évoqué le « jeu des miroirs » : j’ai souvent entendu dans vos textes des choses que j’aurais pu dire !
Martine
J’ai ressenti le bonheur de vivre. Sentiment d’être « inculte », mais rassurée par les autres personnes. Me voici enfin libre, libérée de tous fardeaux psychologiques et financiers. Je suis transformée, aussi incroyable que cela puisse paraître.
Isabelle
Je suis contente de ce moment partagé. Je me sens apaisée. L’unité s'est installée en moi, le mental n’a pas débordé, le cœur de moi-même a émergé.
Votre authenticité et la richesse de vos textes, comme chaque fois, m’ont émue et fait vibrer, me reconnaissant contente d’être humain à cet instant-là. Je ressens que dans ce silence immobile, je vais encore poser des fardeaux de tristesse, de douleur. Je suis prête. J’attends. La douleur passe lorsque je l’accepte. La paix revient.
Danièle
Au travers des témoignages, on voit qu’il n’y a pas de problèmes personnels. Nous les portons tous à des degrés différents, seul le partage permet de prendre du recul grâce au point de vue de chacun.
Fabrice
La porte de l’atelier se ferme, tout doucement, sur ces moments de vie, ces échanges, ces partages.
Mais au-delà du monde de la forme, rien ne s’arrête, tout se poursuit.
Les feuilles légères que nous sommes se retrouveront pour se balancer ensemble sur les branches du grand arbre de la Vie. Merci à chacun et merci à Alia.
Quand je reprends mes textes, j’y vois mes freins. Je ne peux plus me raconter des histoires. Je suis en plongée, en apnée. Je ne respire plus. Tout est présent mais à l’état embryonnaire. Et ce sera ainsi tant que je n’aurai pas pris la grande bouffée d’oxygène libératrice pour déployer mes ailes intérieures.
Jeanne-Marie
Limousin-Auvergne
Dimanche 25 septembre, écriture et théâtre spontanés pour un petit groupe de jeunes participants.
En quelques mots, leur approche des moments difficiles :
Les laisser de côté.
Gwendal (15 ans)
Couper les fils du pantin.
Lison (14 ans)
En parler à quelqu’un.
Océane (12 ans)
Il ne faut pas rester dans le flou. Face à la vie, être simplement. Merci à tous.
Emma (13 ans)
S’isoler, se recueillir. Vivre chaque instant comme le dernier.
Julie (11 ans)
Je voudrais rencontrer la personne qui vit au fond de moi. Le problème : je pense que je ne suis pas assez centrée. Je pense en avoir envie mais je n’en suis pas persuadée.
Océane (12 ans)
Pour clore l’atelier, leurs phrases-synthèses :

Je me sens vivre.
J’ai apprécié cet atelier, il était différent des autres et on n’était pas beaucoup, mais j’ai bien aimé quand nous avons parlé de nous, de ce que nous ressentions. Toutes ces petites choses m’aideront à être mieux en moi-même je pense.
Océane (12 ans)
Bien qu’un peu trop calme et triste cette fois-là, ça fait toujours plaisir de se retrouver.
Lison (14 ans)
Sérénité retrouvée. Comme je l’espérais, j’ai retrouvé le calme une fois de plus. Et vous m’avez sorti des angoisses du quotidien. Donc une fois de plus merci et à bientôt !
Gwendal (15 ans)
Le 24 septembre au Corum saint Jean à Clermont-Ferrand et le 25 septembre à Marlanges.
Les participants concluent ainsi
Dehors, dehors c'est le soleil qui darde comme en plein cœur de l'été, le pommier chargé qui perd quelques fruits en jeu de pétanque.
Nous suivons la route, nous suivons le chemin, partout des fossés, des grillages et des barbelés canalisent nos pas. Mais nos yeux voyagent. Ici des ronciers, pillés, là de jolis fruits rouges, poisons. Puis des humains, des sourires, et encore quelques photos devant des fleurs champêtres au milieu du potager.
– Bon, c'est fini ? Tu râles tout le temps.
– Je ne grogne pas, mais on se traîne et... et je suis bien.
Pénélope
A la première consigne, j’étais bien. Puis après, jusqu’à l’entracte, je me suis fermé car je voyais que je n’arrivais pas à écrire ce que j’aurais voulu dire. J’étais vraiment mal. Durant cet entracte, en échangeant avec Alia et Stephan, j’ai compris que je devais me vivre autrement pour rester en paix avec moi-même. Finalement tout est toujours parfait, car tout sert pour nous faire avancer ensemble. Merci à tous.           Charles
La première plongée m'a entraînée dans les profondeurs obscures et froides.
Et puis Alia a lancé une échelle et je m'y suis accrochée pour remonter.
La marche dans cette lumière de fin d'été m'a permis de sentir la pression se relâcher
et de me sentir légère pour repartir.
J'ai aimé me remémorer cette belle après-midi.
                                                                    Magali
Les écrits restent, les paroles s'envolent. Elles ont de la chance les paroles de pouvoir s'envoler, de prendre leur envol. Elles sont libres, elles accèdent à une certaine forme de liberté. Elles volent, elles virevoltent. Elles s'évadent, elles s'enfuient ou s'évaporent. Et que reste-t-il ? Leurs empreintes ? Leurs formes, leurs sonorités, leurs cris ? Leurs sons ? Ou plutôt l'écho qu'elles ont fait en nous, qu'elles ont tracé insidieusement dans notre esprit d'humain complexe, gouverné par la pensée : ce labyrinthe biscornu qui nous guide, nous mène par le bout du nez, nous oblige à être si complexe, si peu terre à terre et nous déconnecte des vraies valeurs, des éléments naturels et simples qui nous entourent et dont nous pourrions profiter si pleinement, se remplir, s'en gaver, se gorger, s'émouvoir. Devenir aveugle et sourd pour oublier les écrits et les paroles et profiter de soi. De notre intérieur. De ce qui fait ce que nous sommes : des êtres humains, en profiter pleinement, totalement, avec humanité. Mais je m'égare, je devrais juste vous dire ce que cette après-midi auprès de vous, avec vous m'a apporté… Comment je me sens ? Eh bien, je crois que je vais garder cela pour mon jardin secret, mon intimité. Merci quand même à toutes et tous pour cette après-midi passée en votre compagnie. Et à bientôt, j'espère. Courage. Espoir. Et que des pensées positives vous accompagnent tous les autres jours.
Rosita
Je me suis élargie de votre humanité, de votre dignité, de votre soif, de vos sourires, de votre gravité, de votre légèreté pétillante, de votre beauté, de votre vérité. Merci pour vos mots, ceux de l’enfant présent en vous. Je repars plus consciente de votre présence en moi. Vous cheminerez encore en moi, et vous serez là demain.
Catherine
Nous sommes une armée silencieuse mais réelle. Merci à tous, compagnons de route de l'invisible dans le visible.
Virginie
L'atelier est un lieu où on ne change pas de vie mais on change d'avis sur la vie ! Ensemble, on entrouvre une porte libératrice. On laisse les faux-semblants, les fausses valeurs, les faux-culs pour découvrir des valeurs communes : Paix, partage, unité. Parce que les mots "doux" (d'où ?) ouvrent tous les cœurs, la plume glisse noir sur blanc vers de vraies richesses et nos yeux étincellent du don des autres qui nous offrent le meilleur. Oubliées douleurs et rancœurs, la force ici créée sèche les pleurs, rend humble et plus sage et permet de poursuivre l'œuvre : n'être plus rien pour servir la Vie... Merci à tous.
 
Dans le flot du changement incessant
La plume glisse et laisse des traces
De mots et phrases produisant
Une signification.
Image d’un moment,
La suggestion de l’écrit est toujours passagère.
Celui qui puise à la source de l’inspiration
Communique autant d’impressions qu’il y a
De miroitements à la surface de l’eau.
Hors de l’espace-temps, j’ai vu un sablier. Paradoxe ! En fait, l’image revenait toujours, le sable ne s’écoulait pas, comme en suspension, et je voyais, comme un point de focalisation, le passage étroit, vide et étincelant de lumière, entre les deux coupes du sablier. Symbole d’un centrage plus efficient, plus durable, plus intense ? Je sens qu’il me conduit là où l’on m’attend. Il me semble aussi que c’était important que j’expérimente une seconde fois ce processus qui fait aller au plus profond, dans un contexte de plus en plus étranger, celui de la cité.
Christiane
Je me suis détendu et apaisé alors que je n’avais pas conscience de ma crispation. Cet atelier m’a fait comme ouvrir une fenêtre et donner de l’air. Respirer, ça fait du bien !
Stéphan
J’ai aimé ce moment de partage et de descente en soi. Je sens que ça m’a permis de faire le point. Je dois garder le fil du dialogue intérieur. Je vais méditer : « La mollesse et la tiédeur sont plus à redouter que l’erreur et la colère ». Heureuse de la rencontre avec Martine, Nicole et Yvan.
Blandine
Prochains ateliers au Corum St Jean à Clermont-Ferrand : samedi 26 novembre.

Prochaines ateliers à Marlanges : dimanche 27 novembre.

Le prochain stage "Ecriture et Théâtre spontanés" pour les jeunes se déroulera pendant les vacances de Noël les 21 et 22 décembre.
VIENT DE PARAITRE
Pour les ateliers de la rentrée et tous les stages . . . . . . .

Consultez le Calendrier
LES ATELIERS SE DÉPLACENT
Vous souhaitez qu'un Atelier d'écriture spontanée soit organisé dans votre ville ou votre région, contactez-nous au 06 78 58 06 91