PRÉSENTATION DES ATELIERS D'ÉCRITURE

INTERVIEW DE L'ANIMATRICE

les ateliers de la plume : Depuis combien de temps animez-vous des ateliers d'écriture ?

Alia : Cela  fait maintenant plus de dix ans que j'anime des ateliers en France et parfois à l'étranger, dans des contextes très différents.

les ateliers de la plume : Comment l'aventure a-t-elle commencé ?

Alia : Dans les différentes associations où je me suis impliquée, je m’investissais dans tout ce qui tournait autour de l'écriture et ma spécialité était la correction de textes. J'avais pris goût à aider ceux que je côtoyais à écrire le plus près possible de ce qu'ils ressentaient. J’ai donc cherché une activité professionnelle qui corresponde à mes aptitudes. J'ai suivi une formation d'animation de stages d'écriture. Cela m'a montré ce qui se faisait habituellement et j'ai compris que c'était autrement que je voulais animer. Avant de m'y mettre, j'ai continué à travailler pour l'association "Graines de Vie" dont l’activité centrale était la promotion des méthodes de développement personnel et c'est au sein de cette association que j'ai animé mes premiers ateliers à Aix-en-Provence. Il y a eu rapidement beaucoup de monde, des enfants, des adultes. Ce qui m'a tout de suite semblé très intéressant a été le mélange des publics, diverses catégories socioprofessionnelles étaient représentées. En 2003 avec des amis, j’ai décidé de créer l'association la plume enchantée (rebaptisée en 2013, les ateliers de la plume). À partir de là, j'ai animé des ateliers dans divers organismes : en hôpital psychiatrique pour des psychotiques, en maison de retraite pour des personnes âgées – certaines atteintes de la maladie d'Alzheimer –, en hôpital, en centre social pour des femmes immigrées, dans des écoles primaires… Notamment pour une "CLIS" où un pédopsychiatre et une orthophoniste qui suivaient ces élèves ont été surpris de constater chez eux de nettes améliorations du comportement.

les ateliers de la plume : Quel est le but de ces ateliers ?

Alia : Le but est d'amener tout un chacun, quel que soit son milieu ou son niveau intellectuel, à se connecter à sa source de créativité, à être en mesure d'exprimer ses émotions, à ramener à la surface des perceptions à peine effleurées pour leur donner forme et les partager éventuellement avec les autres. C'est accompagner le participant à s'éveiller à des parties encore inexplorées de lui-même.

les ateliers de la plume : Tout le monde peut-il y arriver ?

Alia : Tout le monde est capable d'écrire. L'ambiance des ateliers aide à ce que cela se fasse de façon naturelle. Cela revient à mettre en phase la personne avec sa réalité profonde, pour l'aider à dire, à écrire, à créer, car bien souvent ce qui est exprimé est de "l'art involontaire" ! Je n'ai jamais eu de personne en panne d'inspiration.

les ateliers de la plume : Peut-on parler de développement personnel ?

Alia : Alia : Non, je ne pense pas, parce que les ateliers sont un outil d'éveil à notre être profond par la créativité. Je ne cherche donc pas à améliorer des compétences ou à développer des performances… Par contre, même si je n'ai jamais prétendu faire un travail thérapeutique, les ateliers peuvent malgré tout en avoir les effets. Régulièrement, des participants disent que ce travail d'écriture les a mis en paix ou qu’ils ont ressenti à sa suite un sentiment de libération. Mon seul objectif est d’accompagner la personne qui le souhaite à se connecter en soi, au plus profond d'elle-même.

les ateliers de la plume : Employez-vous certaines techniques pour animer ces ateliers ?

Alia : Non, je n'utilise pas de techniques particulières et ne prépare jamais à l'avance mes interventions. Ce qui me guide, c'est plus la synthèse de mon expérience de vie. J’ai appris au fil de mon existence que, pour assimiler nos prises de conscience et les traduire en actes, les coucher par écrit constituait une étape vitale à leur réalisation. L'écriture, en fixant ces prises de conscience, leur donne une réalité. Ma préoccupation essentielle étant de mettre en cohérence ce que je pense avec ce que je vis, l'écriture est un outil fondamental pour que la pensée se traduise dans le concret. J’irais jusqu’à dire qu’une juste citoyenneté revient à mettre en cohérence la pensée et l'acte.

les ateliers de la plume : Les ateliers se déroulent-ils de la même manière pour les enfants ou les adultes ?

Alia : Oui, puisqu'il n'y a jamais de thème prédéfini. Je pars toujours de ce que chacun porte en lui-même. Mon travail contribue à faire émerger ce que les participants ont besoin d'exprimer, de dire, de témoigner… Et, pour ça, il n'y a pas besoin d'être littéraire. Souvent dans les classes on me dit que tel ou tel enfant est un cancre et n'arrivera à rien. Pourtant, ces enfants-là "sortent" de magnifiques petits textes. Partout et surtout en milieu scolaire, les enfants subissent des pressions : comparaison, performance, notation… En enlevant cette pression, et en se connectant à leur intériorité, les enfants retrouvent confiance en eux-mêmes. Dans les ateliers il n'y a pas d'exigence de résultat, mais il y a toujours au final des productions de tous les participants. Avec les enfants, nous faisons suivre le travail d'expression – écrit ou oral – par une activité théâtrale. Mais, là aussi, le but est de partir de la spontanéité de chacun et ne pas se mettre dans un esprit de représentation. L'expression théâtrale et l'écriture sont complémentaires, l’une est la mise en mouvement de l’autre. Dans toutes nos activités, et pour tous les publics, nous allons de l'intérieur vers l'extérieur. Lorsque l’on s’investit dans un atelier, on clarifie sa source intérieure qui peut être encombrée par tous nos complexes, nos problématiques personnelles, nos blocages, nos croyances... et qui nous empêchent d'exprimer ce que l'on porte de plus beau en nous.

les ateliers de la plume : Avez-vous un souvenir marquant ?

Alia : Plusieurs… Je me souviens, notamment, de ce petit garçon qui s'est mis un jour à se raconter d’une voix claire. J'ai appris à la fin de l'atelier que cet enfant avait d'énormes difficultés d'expression, qu’il ne parlait pas. D’ailleurs, son institutrice m’a fait un compte-rendu encourageant des répercussions positives de cette activité sur l’ensemble de sa classe : une meilleure concentration, plus de présence, d’implication et de meilleurs résultats, même en mathématiques.

Les ateliers sont soit collectifs, avec un maximum de douze participants, soit individuels, sur rendez-vous.


PRÉSENTATION DE L’ANIMATRICE

La Plume Enchantée


DIAPORAMA DE PRÉSENTATION POUR LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES


ATELIER D'ÉCRITURE SPONTANÉE ET DE THÉÂTRE

La Plume Enchantée


ARCHIVES

VIDÉOS

Stage d'écriture adultes et enfants juillet 2009       
INTERVIEWS

France Bleu Creuse : Hervé Leprêtre Décembre 2013 France Bleu Creuse : Clotilde Durand et Virginie Gay Novembre 2011
France Bleu Creuse : Hervé Leprêtre Février 2011 France Bleu Creuse par Hervé Leprêtre Mai 2010
France Bleu Provence : Alia Isselée Mars 2010 France Bleu Creuse par Hervé Leprêtre Février 2010
DIAPORAMAS

Séjour à Akulivik mars 2015 Atelier d'écriture spontanée octobre 2009
Stage d'écriture spontanée jeune octobre 2011 Stage d'écriture spontanée adulte Avril 2010
ARTICLES DE JOURNAUX

Octobre 2014 La Provence Avril 2014 La Provence
Janvier 2014 Venelles Mag  Février 2010 La Provence
Janvier 2010 La République du Centre